Aller au contenu principal

Technique d’isolation de toiture par l’extérieur, les panneaux sandwich sont une solution particulièrement intéressante lorsque l’on envisage la rénovation d’une couverture dans l’optique d’aménager ses combles.

En effet, ils combinent à la fois nouvelle couverture, isolation performante et parement de finition intérieur. Ils offrent une large gamme de choix tant pour les parements intérieurs - de la classique plaque de plâtre au lambris, en passant par l’OSB -  que pour le type de couverture et de matériau isolant qu’ils intègrent.

A noter : dans la grande famille des panneaux sandwich, on distingue parfois panneaux sandwich et caissons chevronnés. Les panneaux sandwich stricto sensu ont toujours une couverture en bac acier tandis que les caissons chevronnés viendront accueillir tout type de couverture.

Leur installation se faisant selon les mêmes fondamentaux jusqu’à l’étape « couverture », cette checklist est valable pour les deux solutions !

Qui dit rénovation de toiture dit démarches préalables…

Rénover sa toiture nécessite dans tous les cas quelques démarches administratives. Même si vous choisissez le même matériau de couverture, il est prudent de vérifier auprès de votre mairie que ce type de couverture est toujours autorisé dans votre localité.

Le passage en mairie est indispensable si vous vous attaquez à votre toiture

Si vous apportez des modifications à votre toiture dans le cadre de sa rénovation, tels qu’un changement de matériau de couverture, une création de fenêtres de toit ou même la modification de l’aspect des fenêtres existantes, vous devez nécessairement passer par une déclaration de travaux.

Dans le cas d’une surélévation de la toiture ou d’une modification de l’inclinaison de la pente du toit, une déclaration de travaux ou un permis de construire seront, selon les cas, nécessaires.

Et si votre logement se trouve dans une zone ABF, ces autorisations de travaux seront soumises à l’accord préalable de l’Architecte des Bâtiments de France, ce qui peut rallonger les délais.

De plus, lors des travaux, votre couvreur aura sans doute besoin soit d’un échafaudage, soit d’une grue. Vous pourriez alors avoir à empiéter sur la voirie ou chez votre voisin : il vous faudra donc recueillir une autorisation d’occupation de l’espace. La benne pour l’évacuation de l’ancienne couverture occupera également un certain espace : là encore, il sera certainement nécessaire d’occuper la voirie et donc de demander une autorisation en mairie.

Du côté des études techniques

Avant de vous lancer dans des travaux, vous devez faire effectuer des études préalables par un bureau d’étude. Certaines entreprises de couverture intègrent un bureau d’étude et dans ce cas, vous aurez un interlocuteur unique.  

Si ce n’est pas le cas, il vous faudra faire appel à un bureau d’études structure.

Charpente : faites effectuer des études préalables par un bureau d'études

Ces études préalables servent à contrôler la stabilité de la charpente, support de la couverture en panneaux sandwich, ainsi que sa capacité de portage (à travers la solidité des pannes, leur bonne disposition et leur présence en nombre suffisant). Si celle-ci se montre faible, des travaux de renforcement devront être réalisés avant d’entreprendre les travaux.

Sont aussi vérifiées la planéité et la pente de toiture. En cas de défaut de planéité, il faudra procéder à des travaux de façon à permettre la pose des panneaux sandwich : il s’agira généralement de travaux de maçonnerie qui mettront à niveau les arases des pignons et des murs.

L’étude de la charpente vise quant à elle à écarter tout risque de faiblesse, telle la présence de points de corrosion dans le cas d’une charpente métallique, ou d’insectes ou champignons xylophages dans le cas d’une charpente bois. Elle permettra également de voir si des ajustements sont à prévoir en fonction de votre projet d’aménagement de combles.

Les études préalables font également état des risques sismiques et des conditions climatiques de la zone de vos travaux (charges aux vents et à la neige, altitude et variations de température) : elles permettent ainsi de définir le type de panneaux sandwich ou de caissons chevronnés à mettre en œuvre, leur épaisseur, leurs modes et densités de fixations, ainsi que leur niveau d’isolation.

Bon à savoir : en rénovation, l’isolation doit apporter une résistance thermique règlementaire de 4.8 m².K/W minimum. Et pour bénéficier des aides aux travaux de rénovation énergétique, (le crédit d’impôt par exemple), la résistance minimale à atteindre sera de 6 m².K/W  pour des combles aménagés.

Pour établir son devis, le couvreur procédera au calepinage, c’est-à-dire le plan de votre future toiture qui permet de définir la nature et le nombre d’éléments à mettre en œuvre ainsi que leur disposition. Il devra respecter les prescriptions établies lors des études détaillées et proposer des panneaux qui correspondent aux exigences établies par l’étude.

Comme tous produits de construction, ces panneaux isolants sont soumis à des normes garantissant leurs caractéristiques techniques (thermique, mécanique, acoustique…). Une bonne lecture la fiche technique vous aider à y voir plus clair.

À noter

Pour pouvoir bénéficier des aides aux travaux de rénovation énergétique (CITE, Eco-PTZ), l’appellation exacte des panneaux mis en œuvre, accompagnée de leur numéro d’avis technique du CSTB et/ou de certificat ACERMI, de leur épaisseur et de leur résistance thermique doivent figurer sur votre facture.

Avant de lancer le chantier, assurez-vous que vous êtes bien assuré !

Avant de signer le devis des travaux, demandez à votre artisan ses attestations d’assurance (responsabilité civile professionnelle et garantie décennale). Vérifiez qu’elles sont valides à la date de début du chantier, et qu’elles couvrent bien le type de travaux qui vont être réalisés : cela vous permettra d’être couvert en cas de malfaçons. 

RGE, dommages-ouvrage : soyez assuré !

À savoir

Pour bénéficier des aides aux travaux de rénovation énergétique, votre artisan devra également être qualifié et certifié RGE.

De votre côté, il vous faudra à minima souscrire une assurance dommage-ouvrage. Elle vous évitera des procédures longues et coûteuses pour obtenir réparation en cas de désordre substantiel qui interviendrait dans les 10 ans à compter des travaux. Elle vous couvrira également en cas de revente de votre bien pendant cette période.

Enfin, avant la mise en place du chantier, pensez à faire un état des lieux des endroits par lesquels les ouvriers devront passer et à protéger ces parties si nécessaire. Et n’oubliez pas de prévenir vos voisins !

Suivre votre chantier d’isolation de toiture en panneau sandwich : les étapes

Contrôler l’isolation de sa toiture par des panneaux sandwich sans grimper sur le toit, c’est possible, et même recommandé ! En effet, l’accès à la toiture est proscrit, pour des raisons évidentes de sécurité mais aussi pour des questions d’assurance : vous n’êtes pas couverts et l’entreprise n’a pas le droit de vous laisser monter car elle n’est pas non plus couverte pour vous.

Pour suivre les étapes clés du chantier et vérifier les points non visibles, appuyez-vous sur les comptes rendus de chantier, et demandez à votre couvreur de les étayer avec des photos. 

Voici les étapes d’une isolation de la toiture par des panneaux sandwich ou des caissons chevronnés. Pour les suivre sans butter sur des mots un brin technique, n’hésitez pas à faire un petit détour préalable par le lexique du charpentier et celui du couvreur.

Dépose de la couverture

Tous les éléments de l’ancienne couverture et les chevrons existants sont retirés. Les pannes sont alors à nu et nettoyées. C’est l’occasion d’appliquer un traitement préventif sur la charpente.

Bien entendu, la charpente devra être protégée des intempéries par une bâche, qui sera déroulée à chaque fin de journée de chantier.

Précautions de stockage et de manutention des panneaux

Le stockage des panneaux sur le chantier doit suivre des règles précises, afin d’éviter qu’ils ne soient endommagés d’un point de vue structurel (ce sont des éléments porteurs de votre future couverture) et de conserver leur qualité d’isolation (l’humidité pouvant la détériorer). Ainsi, ils doivent être entreposés sous abri ventilé (posés sur des montants et couverts par une bâche) et il est interdit de superposer plus de 2 paquets.

De même, la manutention des panneaux devra se faire avec précaution.

Pose des panneaux et de la couverture

La pose des panneaux sandwich se fait à l’avancement, directement sur les pannes de l’ossature, en les assemblant les uns aux autres par un système de rainures et de joints qui assure l’étanchéité entre les panneaux. Pour les caissons chevronnés, l’assemblage est réalisé à l’aide de joints-mousse, complétés par une bande aluminium auto-adhésive.

Le sens de progression des panneaux ou des caissons doit être contraire à celui des vents dominants, pour assurer une meilleure tenue au vent et une meilleure étanchéité.

  1. Votre couvreur va commencer par installer la zinguerie de récupération et d’évacuation des eaux pluviales : chenaux ou bavettes gouttières, bavette en noue, selon le type de toiture.
  2. Des joints-mousse seront ensuite posés sur toute la longueur des pannes, afin de compenser les éventuels défauts de planéité des pannes.
  3. Une fois la charpente ainsi préparée, place à la fixation des panneaux ou des caissons sur les pannes : le premier panneau va être installé et fixé en bas de versant, en partant de l’une des rives, puis le second dans sa continuité (attention au soin apporté au jointoiement des panneaux ou des caissons entre eux, garant d’une bonne étanchéité), et ainsi de suite…
  4. S’il a disposé des caissons chevronnés, le couvreur va ensuite procéder à la pose de l’écran de sous-toiture Hautement Perméable à la Vapeur d’eau (HPV) avant de mettre en place la couverture.  
  5. Dans le cas de panneaux sandwich, le couvreur n’aura plus qu’à poser les éléments d’étanchéité et à traiter les points singuliers (closoir sur faitage, abergements autour des fenêtres de toit, des souches de cheminées, rives, faîtage, noue,  etc…), la dernière étape étant le capotage des extrémités des panneaux par des closoirs.

A la fin du chantier : signatures et archivage

Ca y est, votre nouvelle toiture est en place : à la fin des travaux, vous devrez établir le procès-verbal de réception, en présence de l’installateur.

Lors de la réception, portez une attention particulière aux finitions, à l’aspect régulier de la couverture et à sa rectitude. Vérifiez également le bon écoulement des eaux pluviales. Si vous avez des fenêtres de toit, profitez-en pour observer de près la couverture et la qualité des finitions à leur pourtour.

Il est important d’archiver l’ensemble des documents, des diagnostics au PV de réception, en passant par le devis et la facture ainsi que les fiches techniques des matériaux utilisés pour votre rénovation. Ces documents vous seront utiles pour toute intervention sur la toiture ou même dans le cas de la mise en vente de votre maison.

L’entretien, clé de la longévité

La toiture en panneau sandwich : l’exigence du bac acier

Pour conserver une couverture bac acier en bon état, un entretien régulier s’impose : les couvertures métalliques étant particulièrement sensibles à la corrosion, il est important de vérifier l’absence de chocs, de fissurations, de déformations de la couverture ou de formation de lichens, qui ont tendance à accélérer le processus de corrosion. 

Dans le cas d’une rayure profonde, il faudra appliquer un mastic de finition ou faire changer le panneau. Et dès que votre couverture deviendra rugueuse (ce phénomène apparait généralement au bout d’une dizaine d’années), une couche de peinture, vernis ou résine adaptés s’imposera.

La toiture en caisson chevronné, à soigner dans la durée

Plus résistantes au choc que leur homologue en bac acier, les couvertures en tuiles ou en ardoise demandent juste un traitement adapté dès que des mousses se forment.

Par contre, il peut arriver qu’une tuile ou une ardoise soit déplacée, voire cassée lors de fortes rafales de vent. Dans ce cas, il est impératif de la faire remettre en place ou remplacer rapidement pour éviter tout risque d’infiltration. Une bonne raison de jeter régulièrement un œil à votre toiture…

Quel que soit son matériau, la durabilité d’une couverture et de la façade qu’elle protège passe avant tout par l’entretien régulier des gouttières. Un nettoyage annuel permet d’assurer le bon écoulement des eaux et d’éviter tout débordement !

Voilà, vous connaissez l’essentiel sur la réalisation d’une toiture en caissons chevronnés ou en panneaux sandwich.  Pour suivre pas à pas la mise en œuvre de votre rénovation de toiture, laissez-vous guider par notre checklist !

Ne vous reste plus qu’à trouver, si ce n’est déjà fait, le couvreur de la situation ! Ce qui peut se faire juste ici…

Je trouve mon professionnel

Télécharger votre checklist illustrée

Homly You – Contrôle de l’isolation de la toiture avec des panneaux sandwich
house_home