Aller au contenu principal

Si la charpente est essentielle pour la structure de votre maison, la couverture, elle, vous protège des conditions climatiques et préserve aussi votre charpente. Elle joue également un rôle non négligeable côté confort thermique.

Selon le matériau utilisé, votre couverture – si vous l’entretenez bien - est censée remplir son rôle dans la durée (entre 15 ans pour du shingle et plus de 100 ans pour la lauze).

Contrôler la bonne réalisation de la couverture est donc la garantie d’être tranquille pendant longtemps : nos conseils pour préparer et suivre au mieux votre chantier.

En préambule : les démarches administratives

Même lorsque vous vous refaites votre couverture à l’identique, il est toujours prudent de vérifier auprès de votre mairie que le type de couverture existant est toujours autorisé.

Si vous optez pour un nouveau matériau, créez de nouvelles ouvertures dans votre toit ou modifiez l’aspect extérieur de vos fenêtres de toit, vous devrez passer par la case déclaration de travaux.

Dans le cas d’une surélévation de la toiture ou de modification de l’inclinaison de la pente de toit, une déclaration de travaux ou un permis de construire seront incontournables.

Renseignez-vous donc au préalable sur les éventuelles réglementations locales et les démarches à réaliser, notamment si vous habitez dans une zone de protection du patrimoine architectural.

Réfection de couverture : attention aux règlementations locales

Côté assurances, vous devrez également souscrire une dommages-ouvrage.

Le contrôle de l’état de la toiture et les diagnostics associés

La première chose à vérifier lorsque l’on entreprend la réfection de sa toiture est le chemin de l’eau : la pente de votre toiture actuelle est-elle aux normes, les gouttières sont-elles correctement conçues et dimensionnées, l’eau s’écoule-t’elle bien sur votre terrain et non sur celui du voisin ? Un couvreur qualifié prendra naturellement ces points en compte avant de vous faire ses préconisations.

Trois autres évaluations doivent être réalisées afin d’écarter les risques suivants : l’amiante, les xylophages et les déperditions thermiques. Un diagnostiqueur procèdera à l’examen de votre toiture et sera en mesure de vous indiquer la présence ou non d’amiante, de parasites et l’état l’isolation de votre toiture.

Le risque amiante

La présence d’amiante est fréquente dans les couvertures en fibrociment et en ardoise artificielle réalisées avant 1997, date de son interdiction. Mais nous ne saurions que trop recommander de faire vérifier ce point pour les toitures réalisées jusqu’à à la fin des années 90.

Si le couvreur vous a signalé la potentielle présence d’amiante, vous devrez faire appel à un diagnostiqueur amiante certifié. Celui-ci vous remettra le rapport de repérage à transmettre aux entreprises consultées pour les travaux.

Pour supprimer définitivement le risque de contamination, le retrait définitif des matériaux contenant de l’amiante est la solution à privilégier.

Le coût du désamiantage d’une toiture dépend de nombreux facteurs, tels que la nature des matériaux à déposer, le contexte du chantier pour confiner la toiture, la distance du centre de traitement agréé… Pour obtenir une estimation fine, l’expertise sur le site par un professionnel est incontournable. Et dans tous les cas, ces travaux devront être réalisés par une entreprise certifiée et faire l’objet d’un contrôle, une fois effectués.

À noter

Une subvention de l’ANAH peut être accordée sous conditions de ressources pour la réalisation d'un diagnostic technique, si celui-ci est suivi des travaux préconisés.

Le risque xylophage

Un couvreur averti sera en mesure d’évaluer la présence de xylophages dans votre charpente. S’il détecte la présence de ces parasites grignoteurs de bois, il vous faudra faire appel à un diagnostiqueur certifié par la COFRAC.

À noter : en fonction de votre zone géographique, vous avez plus ou moins de risques d’être en présence de termites. La région sud-ouest et la Corse sont par exemple des zones particulièrement appréciées par les termites. Le maire de votre ville peut également vous obliger à faire effectuer un diagnostic xylophage à votre charge.

Là encore, une subvention de l’ANAH peut être obtenue, sous conditions, pour la réalisation d’un diagnostic technique, si celui-ci est suivi des travaux préconisés.

Selon l’état diagnostiqué, il sera nécessaire de remplacer les pièces de charpente endommagées et d’appliquer un traitement sur l’ensemble de la charpente, et ce avant de poser la nouvelle couverture.

Une fois le traitement de votre charpente effectué, certaines précautions s’imposent afin d’éviter d’attirer à nouveau ces indésirables : surveillez les sources d’humidité éventuelles et évitez les dépôts de matériaux aux environs immédiats de votre maison (tas de bois de chauffage près des murs, débris de bois et végétaux, cartons, souches d’arbres, etc.).

L’évaluation thermique

Vous allez faire refaire votre couverture, mais votre toiture est-elle correctement isolée ? Réaliser l’isolation de sa toiture en même temps que la réfection de sa couverture permet de financer en partie l’opération grâce aux aides aux travaux de rénovation énergétique et de gagner en confort, mais aussi sur ses factures. C’est donc un point incontournable à évaluer en amont des travaux.

D’ailleurs, le décret du 30 mai 2016 relatif aux travaux d'isolation en cas de travaux de ravalement de façade et de réfection de toiture impose d’embarquer des travaux d’isolation si cette dernière présente une résistance thermique inférieure à 4m².K/W pour les combles aménagés et 4,8m².K/W pour les combles perdus. Une évaluation thermique permettra de trancher la question…

Si vous envisagez de modifier l’inclinaison des pentes de votre toit ou de faire faire une surélévation, vous devrez faire appel à un bureau d’étude qui procédera au dimensionnement de votre nouvelle toiture et réalisera les plans et documents nécessaires à sa mise en œuvre conforme aux normes en vigueur.

Après avoir fait procéder à toutes ces vérifications, vous pouvez désormais choisir votre artisan. Vérifiez bien les gages de qualité et de sérieux de l’entreprise, ses attestations professionnelles, mais aussi ses attestations d’assurance qui doivent être à jour, et jointes à un devis travaux clair et détaillé (Responsabilité Civile Professionnelle et Décennale).

Les étapes du chantier

Comment vérifier la bonne mise en œuvre de votre nouvelle couverture sans vous mettre en danger ? En suivant les étapes clés du chantier grâce aux comptes rendus de réunions de chantier associés de photos… et surtout en ne montant jamais sur le toit !

Dépose de la couverture

Avant la dépose de la couverture, votre professionnel va procéder à sa protection contre les intempéries, généralement par le biais d’une bâche, car une fois tous les éléments de l’ancienne couverture déposée, la charpente sera à nu.

Dans le cas du réemploi des matériaux de couverture – c’est parfois possible si ceux-ci sont en bon état - la dépose et le stockage devront être fait proprement.

La pose des éléments d’étanchéité

Une fois la couverture déposée, un écran de sous toiture (HPV) peut être posé. Non obligatoire, il est toutefois fortement recommandé pour garantir l’étanchéité à l’eau de votre logement en cas de fuite dans la couverture et éviter tout risque d’infiltrations, spécifiquement autour des points singuliers (cheminée, antenne, etc.). Cet écran est un film ou une feuille, souple ou rigide, qui sera placé entre la charpente et le matériau de couverture.

La pose de la couverture

Votre artisan couvreur va procéder à la mise en œuvre du calepinage de la couverture – la façon dont les différents éléments de la couverture sont disposés -, qu’il aura tracés au préalable.

A la fixation du support de couverture (contre-lattes et liteaux, lisse de rehausse, liteau ventilé..) et des éléments de couverture (closoir, bandeau et bandes de rives…) succèdera la pose du revêtement de couverture choisi.

Une attention particulière sera portée aux abergements, qui assurent l’étanchéité de la couverture autour des fenêtres de toit, des souches de cheminées, etc…

Une fois le revêtement posé, votre couvreur mettra en place la zinguerie, c’est-à-dire les gouttières, descentes de pluie, couloirs de rives et autres jeux de coudes…

A la fin du chantier

A la fin des travaux, vous devez établir le procès-verbal de réception, en présence de l’installateur.

Lors de la réception, prêtez une attention particulière aux finitions, et notamment aux points critiques qui garantissent une bonne étanchéité à l’eau :

  • le bon raccord des éléments de zinguerie ;
  • les abergements, et le raccord avec les fenêtres de toit si vous en avez ;
  • la pose des tuiles de rives et du bandeau.
La zinguerie, essentielle pour assurer le bon écoulement des eaux pluviales

N’oubliez pas d’archiver l’ensemble des documents de votre chantier, des diagnostics amont au PV de réception, en passant par le devis et la facture ainsi que les fiches techniques des matériaux utilisés pour votre rénovation et les comptes rendus de chantier.

En cas de désagréments, d’interventions ultérieures sur la toiture ou même dans le cadre de la mise en vente de votre maison, ces documents vous seront très utiles.

L’entretien régulier, le secret d’une toiture pérenne

Mieux vaut prévenir que guérir : observer régulièrement votre toit (toujours depuis le sol !) vous permettra d’intervenir rapidement - en cas de tuiles endommagées, d’apparition de mousse sur la couverture, d’infiltrations d’eau visibles depuis vos combles par exemple – et d’éviter des réparations plus conséquentes par la suite.

Pensez également à nettoyer régulièrement le contour de vos fenêtres de toit et à faire entretenir les gouttières par un professionnel, afin de garantir le bon écoulement de l’eau de pluie et d’éviter les débordements sur la façade et la formation de mousse et plantes. Enfin, un démoussage de toiture dès l’apparition des premières mousses facilitera l’écoulement des eaux et évitera ainsi les infiltrations entre les tuiles.

Vous voila préparé pour entreprendre sereinement la rénovation de votre couverture, que vous pourrez suivre pas à pas grâce à notre checklist illustrée. Ne vous reste plus qu’à trouver, si ce n’est déjà fait, le couvreur de la situation ! Ce qui peut se faire juste en dessous…

Je trouve mon professionnel
Télécharger votre checklist illustrée Contrôle de la rénovation d’une couverture
house_home