Aller au contenu principal

Plâtrier plaquiste ou plâtrier staffeur ornementiste ?

Traditionnellement, le travail du plâtrier consiste à réaliser l’enduit sur les murs en pierres, les plafonds et les sols. Son métier inclut aussi la pose des cloisons ou des plafonds en bois, qu’il recouvre ensuite de plâtre, mélange composé de gypse cuit et réduit en poudre. Au fil du temps, le plâtrier va venir remplacer le sculpteur sur bois, et réaliser les moulages et ornementations en plâtre qui viendront embellir les belles demeures : son rôle se renforce d’une mission décorative qui lui vaut le qualificatif de staffeur.

En 1946, la plaque de plâtre industrialisée fait son apparition en France avec les enjeux de reconstruction massive d’après-guerre et la naissance de Placoplatre©. Le métier du plâtrier se scinde alors en deux profils :

  • le plâtrier-staffeur-ornemaniste, qui maitrise les techniques traditionnelles évoquées plus haut ;

  • le plâtrier-plaquiste, spécialisé dans la mise en œuvre des plaques de plâtre industrialisées.

Ainsi, le plaquiste va prendre en charge l’installation des cloisons et des faux plafonds ainsi que l’isolation thermique par l’intérieur des murs, qui se fait derrière des doublages généralement réalisés en plaque de plâtre. A l’issue de son intervention, murs et plafonds seront prêts à accueillir leur revêtement.

Une mission du plâtrier-plaquiste : préparer les surfaces brutes

De son côté, le plâtrier staffeur-ornemaniste ajoute à cette polyvalence la capacité de fabriquer ou rénover des décors en plâtre ou à base d’enduits.

Ce professionnel de prestige intervient chez des particuliers, mais aussi dans des bâtiments touristiques et luxueux, voire sur des chantiers historiques… Faux marbres, ornements, stucs, enduits décoratifs : ces matériaux élégants font partie de son arsenal.

Le staffeur-ornemaniste : pour rénover des décors en plâtre

Quels sont les honoraires d’un plâtrier ?

S’il est “simple” plâtrier ou plaquiste, les honoraires de ce professionnel sont standardisés. Ils sont en général compris entre 20 et 70 € le m², en fonction des matériaux utilisés et de la configuration de la pièce.

Le plâtrier staffeur-ornemaniste, lui, fait varier ses tarifs en fonction de la complexité des travaux et du temps consacré à la main-d’œuvre.

Un coup de jeune sur vos moulures ? Le plâtrier peut s’en occuper !

En général, il faut compter entre 80 et 120 euros le m² pour des travaux de staffeur-stucateur : un prix qui comprend la fourniture, mais aussi la pose.

Dans le cas de missions plus pointues, comme l’ornementation de colonnes ou la restauration d’une ornementation existante, les tarifs sont communiqués par devis. L’état des décors existants, tout comme les exigences du maître d’ouvrage, influenceront évidemment la note finale.

Petit glossaire du plâtrier pour échanger sereinement avec lui

L’enduit plâtre : on s’en sert pour rattraper les imperfections d’un mur ou d’un plafond. À l’aide d’un couteau à enduire et un platoir, on l’applique avec méthode.

L’enduit plâtre, incontournable de la préparation des murs

Le platoir : cet outil plan mesurant environ 30 cm permet d’uniformiser une surface.

Le staff : ce plâtre à modeler, préfabriqué en usine, est utilisé pour les corniches et autres ornements. Il est moins onéreux que le stuc ou l’ornement en plâtre non rigide.

Le stuc : c’est un enduit à base de chaux mélangée avec du sable, de la poudre de marbre ou de la poudre de brique, selon l’effet désiré. Il sert à la fois comme enduit de recouvrement des murs et des plafonds ou comme matériau de décors en relief.

La moulure : achetée dans le commerce en format « prêt à poser » ou fabriquée sur mesure, elle est posée par le plâtrier à des fins décoratives.

La rosace : c’est un décor de plafond réalisé en staff, qui encadre généralement les plafonniers.

Le calibre : c’est le moule qui sert à fabriquer – sur mesure ou de manière standardisée – des moulures. »

La cloison : pour “délimiter différents espaces au sein d’une surface, le plâtrier peut poser des cloisons standards (il est alors plaquiste) ou les fabriquer sur mesure, en ayant recours à son propre plâtre.

La truelle : pour prendre le mortier, le façonner, le lisser ou le projeter sur un mur, c’est l’outil idéal !

Plâtrerie sèche : c’est la mission principale du plâtrier-plaquiste. Il s’agit de la pose de carreaux de plâtres ou de plaques préfabriqués.

Plâtrerie traditionnelle : elle intervient surtout lors de travaux de décoration ou de rénovation. L’enduit, conçu par le plâtrier sur place, est travaillé et projeté de façon à obtenir le rendu recherché par le client.

Le plâtrier : le spécialiste plâtre à qui faire confiance

 

Maintenant que vous avez tous les éléments en main, vous voilà paré pour choisir le plâtrier qui convient à vos besoins si ce n’est déjà fait. Et là aussi, on vous aide !


 

Je trouve mon professionnel
house_home